A Taste of Eternity



   Sous les arbres décharnés qui les protègent à peine
   Les tombes soupirent doucement
   Languissant dans leur manteau de neige.

   Elles tendent vers les cieux gris et bas
   Un orgueil par trop humain
   Et à présent si dérisoire
   Leurs symboles sont insignifiants
   Face au souvenir des vies enfouies
   Effacées prématurément, toujours,
   Brusquement parfois.

   Nul pas ami ne foule la neige de cette contrée
   Oubliée par le temps lui-même
   Havre de paix trop éternel...

   Traces d'un bref passage
   Les tombes finiront par disparaître
   Comme la neige fondra.

   Mais dans les yeux de ceux qui savent voir
   Jamais ces images ne s'effaceront...

© Février 1997


RETOUR