Crépuscule

Dans le ciel ombrageux, le soleil couchant embrase de lourds nuages forts
de leur grisaille.
Un bleu fragile rode encore au seuil des toits, mais les oiseaux ont déjà
déserté les jardins des villes.
Quelque merle, de son invisible nichoir, célèbre l'avènement du crépuscule.
L'air frais pénètre par la fenêtre, pourtant pas l'ombre d'une feuille ne
bouge.
Les vitres encore éteintes narrent la valse des nuées, les déclinant du
bleu gris au vert, lumineux reflet des arbres.
Le temps figé décline pourtant avec le soir naissant et les flammes de
l'âtre font danser les gestes de ma main.


©Texte et photo originale:
Annie Pilloy
Août 1998


RETOUR