Les Folles Escapades du Chambellan
 
Ma hantise : une "panne d'imaginaire et un retour a la realite", bien
pire qu'une "panne de lumiere et un retour a l'obscurite".
Une Ombre dans la nuit.  
Par la Mare aux Fées  
Par les Souterrains   
LA Gallerie des Glaces   
Le Maître du Temps  
LA Fontaine  
 La folie n'est-elle pas l'ultime sagesse ?
Le chambellan fou donc presque sage.
 
 
Retour aux Chroniques

Une Ombre dans la Nuit. 
 
Arrive tard par cette nuit de pleine lune en vue du chateau, un 
sentiment etrange m'envahit. Une impression d'etre observe de loin par une creature a la fois tourmentee et dotee de pouvoirs extra-ordinaires. 

Concentrant mon attention sur la silhouette du chateau qui se decoupait sur un ciel mouchete de nuages ou la pleine lune jouait a cache-cache, il me sembla un instant voir une ombre se mouvoir. Il me fut impossible de localiser cette ombre, chaque tourelle semblait se dedoubler, les creneaux semblaient faire des vagues et les gargouilles semblaient battre de leurs ailes de pierres. Arrive plus pres le malaise se renforca et chaque meurtriere semblait se transformer en regard phosporescent.

Le pont levis etant remonte et ne pouvant affronter plus longtemps cette athmospere, je decidai de faire demi tour et de passer la nuit a l'auberge du village. J'interrogeai l'aubergiste sur cette impression 
etrange, il me repondit : "c'est la pleine lune, vous avez vu celui que nous appelons le "prince noir", a chaque lunaison, il se promene sur les toits du chateau vetu de son immense cape noire et semblant guetter l'arrivee de quelqu'un ou de quelque chose. Nos legendes raconte qu'il sagit de l'ame d'un des habitants du chateau a une epoque tellement reculee que meme les anciens ne s'en souviennent." Avant de m'endormir je fus pris d'un doute : realite ou illusion ? 

Je retournerai demain au chateau, currieux de verifier a la lumiere du soleil.... 

Le chambellan, endormi a l'auberge du village.
 
Retour au Début

Par les Souterrains. 
 
Ce troisieme jour, je louai un destrier et me rendis au chateau par la route a la tombee du jour quand l'astre du jour devient une boule orange au ras de l'horizon, bien decide a eviter les detours du marais et les jeux de lumiere de l'astre selene sur les toits. 
Arrive a la porte principale lorque le soir tombait, ma surprise fut 
grande de trouver le pont levis deja leve. Je m'annoncai donc a grands cris en esperant ne pas avoir un nom a coucher dehors. Apres quelques moments une voix me repondit par une meutriere : "vous etes trop tard, le pont s'est leve des le crepuscule afin de proteger le chateau des materialistes et leurs lampes artificielles. Si vous y tenez absolument, il existe une poterne derobee sous les remparts le long des douves.  

Je me rendis donc a l'endroit indique et trouvai l'issue. Sur les 
recommandations de l'ecriteau je frappai trois coups brefs ce qui devait faire que la bobinette cherre (mais ca c'est une autre histoire). La porte s'etant ouverte en grincant, je penetrai dans un couloir eclaire par des torches. Le couloir tournait sans cesse a angle droit entrecoupe de nombreux escaliers descentant et je cherchai en vain un escalier montant vers la partie habitee du chateau. Apres une bonne heure d'avancee j'avais perdu tout sens de l'orientation et la fumee des torches avec le manque d'oxigene me faisaient tourner la tete. 

J'aboutis enfin au bord d'un immense puits au centre d'une salle 
octogonale. J'essayai d'en voir le fond mais l'obscurite ne le 
permettait point. Je pris un denier dans mon escarcelle et le jetai dans le puits esperant recevoir un echo. Au bout d'une longue minute  aucun tintement ne s'etait manifeste et je fus brutalement tire de ma torpeut par une voix outree : "hola manant ne confondez point ce puits avec le trou budgetaire, ceci est le puits des pensees". Je me retournai brutalement et vis un vieil homme habille en mage qui me regardait fort courrouce.

Apres m'etre confondu (et oui) en excuses je demandai a qui j'avais 
affaire. Il me repondit "je suis l'alchimiste psychotique, ce puits 
renferme toutes les pensees de tous les etres de tous les temps qui ont vecu en ces lieux, et une potion dont je cherche depuis des temps 
immemoriaux la formule permet a l'esprit en transe d'en saisir le 
contenu", mais venez je vais vous montrer mon laboratoire". 
Il me conduisit dans une salle immense remplie d'etageres couvertes de fioles, il me montra ses ingredients de base qu'il melangeait a longueur d'annee pour obtenir "la potion revelatrice". Je pus lire au passage "bave de crapeau, ajjax vitres, poudre d'or, ...." mais mon regard fut attire par une etagere pleine de bouteilles de belles teintes ambrees. 

Je lui demandai, et celles-ci ?, il me repondit sans interet et s'enfuit 
dans ses rayonnages. Intrigue, je humai l'une d'elles et me risquai a 
une gorgee, je degustai un delicieux brevage hybrique entre une 
trappiste et un vieil armagnac. Je repris ma route decide a trouver une sortie a ce labyrinthe. La tete me tournait de plus en plus et en 
titubant j'arrivai a une porte au haut d'un escalier, je poussai l'huis 
et me retrouvai dans l'auberge, interpele par l'hote qui me dit : "que 
diable faisiez-vous dans ma cave, a triturer mes bouteilles, cela fait 
deux heures que le cheval que vous aviez mande est pret dans la cour ...." 

Le chambellan, tout penaud ayant migraine en tete ....
Comme dit mon cousin, je l'aurai, je l'aurai un jour .....
 
Retour au Début

LA Gallerie des Glaces. 
 
 Apres plusieurs jours passes a l'auberge, consacres au repos et a la 
meditation, je repris le chemin du chateau, bien decide cette fois a 
eviter tous les pieges tels que racourcis et heures indues. 
J'arrivai en vue de l'entree principale dans le courant de cette belle 
apres-midi d'automne. Le pont-levis etait baisse et la herse  relevee et non l'inverse comme lors de ma visite precedente. Je franchis l'huis et me retrouvai dans la cour, ne voyant personne a qui demander la permission d'entree, je me dirigeai vers une grande porte entrou'verte. 

Le grand hall etait tout aussi desert et je vis une porte ouverte sur 
une piece eclairee que je me decidai a investiguer. 
Une fois passer le seuil la porte se referma derriere moi et je me 
retrouvai dans une piece octogonale dont les huit pans de mur etaient des miroirs me renvoyant mon image. Je fis rapidement le tour du regard et vis un de mes relets accoude a un geridon sur lequel reposait une rose. Instinctivement je voulus me saisir de la fleur et je me retrouvai de l'autre cote du miroir. Je me retrouvai complement affole dans cet univers d'illusions et qui semblait sans plus aucune issue. Je vis un des mes sosies pres d'un lutrin ou reposait un grimoire, esperant trouver un plan je me dirgeai vers lui et changeai a nouveau de piece. 

Le grimoire etait ecrit dans une langue inconnue mais mon esprit venait de saisir le mechanisme, il suffisait de passer le miroir qui refletait un difference pour passer de piece en piece. Je jouai ainsi pendant un certain temps, trouvant : un verre d'eau, une chaise, une echarpe, une epee, etc..

Un des saut me mis en presence d'un personnage, occupe a mesurer la piece avec une coudee, je le saluai et lui demandai s'il etait perdu 
comme moi. 
Il me repondit : "Je cherche monsieur, je cherche le centre" 
Moi : "le centre de quoi donc ?" 
Lui : "Il faut que je vous raconte l'histoire de ces pieces. Il y a 
longtemps un savant quelque peu allume se mit en tete de cloner notre Princesse, celle-ci d'abord choquee, le mit au defi de la cloner a l'infini ce qui lui eut donne le status divin car tout le monde sait que 
les dieux sont partout en tout temps et tout lieu. 
Il construisit donc de reseau de pieces sur la trame d'un noeud celtique bouclant sur lui-meme a l'infini et au centre duquel vous pouvez vous voir a l'infini par le jeu des miroirs et acquerir ainsi le status divin". 
Moi : "et c'est cela que vous cherchez ?" 
Lui : "Exactement, le savant ayant disparut dans son invention, notre altesse m'a change de trouver le centre" 
Sur ce il disparut par un miroir, non sans m'avoir mis en garde contre 
certaines portes qui conduiraient dans des univers paralleles, des 
"plans" comme on dit ici. 

Je continuai mon errance dans ce dedale de reflets de plus en plus 
epuise et desespere d'en sortir un jour, je finis par voir mon sosie 
pres d'un lit, je sautai sur cette occasion inesperee et me retrouvai 
dans une chambre dos a un immense miroir et je fus bien surpris de voir mes bagages poses a cote du lit et que la piece ne possedait aucune porte ....  

L'histoire se termine provisoirement ici, rzzz, rzzzz ..... 

Le chambellan profondement endormi.
Content et heureux de l'etre. 
 
Retour au Début


 
Le Maître du Temps. 
 
Ayant dormi tout mon soul, je fus agreablement reveille par une odeur de cafe frais et de toast grilles. J'ouvris les yeux et fus immediatement rassure, ces effluves passaient par une porte entre-ouverte sur un couloir. 
Apres une rapide toilette je suivis ces delicieuses odeurs tel un setter suitant le gibier. D'escaliers en couloirs je trouvai rapidement les cuisines ou je fus accueilli par une accorte mitronne qui me proposa de prendre place a une table et me servit un bol de cafe fumant accompagne de jus de fruit, de fromage blanc, de cochonnailles et de toasts dont elle me mis en garde : "ne vous brulez point aux toasts, Messire, notre grille-pain est quelque peu enroue ces derniers temps". 

Moi : "A propos de temps, il me semble avoir dormi tellement longtemps...." 
Elle : "Vous savez nous, notre temps est regle sur le rythme des repas, le reste du monde ne nous concerne plus, mais je vous conseille d'aller voir le maitre du temps, il pourra surement vous aider". 
Moi, ayant entretemps termine mon dejeuner : "Ou puis-je donc le 
trouver, dans ce dedale ?" 
Elle : "C'est tres simple Messire observez les pendules, et suivez la 
direction indiquee par la grande aiguille, elles vou meneront a 
destination" 

Je suivis son conseil et apres quelques egarement j'aboutis dans une tres grande salle ou tronait un gigantesque sablier, pose sur un axe horizontal affuble de moultes rouages et manettes. 

"Hola, y a-t-il quelqu'un ici, je voudrais rencontrer le maitre du 
temps". 
Une voix venue d'entre les engrenages me repondit : "Je suis a vous, le temps de terminer un reglage delicat". 
Quelque instants plus tard apparaissait un petit bon homme l'oeil vif, la toison et la moustache blanches et hirsutes, vetu d'un pull a col 
roule. 
"Que puis-je pour vous ? s'enquit-il" 
"Je voudrais connaitre le jour et l'heure car mon dernier sommeil me semble une eternite". 
Lui : "Vous savez le temps c'est tres personnel, chacun le gere comme bon lui semble, tenez par exemple : -certains le perdent, d'autres en gagnent ou n'en ont jamais, -pour certains il est precieux, pour d'autres c'est de l'argent", certains esperent retrouver celui que les autres ont perdu"

Moi : "mais alors en quoi etes vous le maitre d'un temps si fugace?" 
Lui : "Parce que je dirige le grand projet que vou voyez ici et qui 
devra donner au chateau un air du temps, que chacun pourra percevoir car il sera diffuse par toutes les pendules". 
Moi : "pouvez-vous m'en dire plus sur cette etrange machine ?" 
Lui, emballe :"Ce grand sablier en rempli d'un melage de mon cru qui integre toutes les composantes du temps, les grains multicolores que vous voyez virevolter sont : 

-des grains de lumiere receuillis par un miroir sur le toit et selon 
qu'ils sont de soleil ou de lune integrent les jours et les nuits, 
-des grains de polen et des critaux de glace pour la notion de saison, 
je viens d'ailleur de proceder a recalibrage indispensable cette nuit, 
-des grains plus subtiles de pensees et de reves que mes pendules 
captent aupres des ames du chateau, 
-des grains de poussiere d'eternite receuillis dans les greniers lors 
des demenagements, et bien sur mon indispensable grain de folie. 
Vous remarquerez ainsi que les grains de pensees positives sont plus 
lourds et font passer le temps plus vite et inversement pour les grains de pensees melancoliques". 

Moi : " tout cela me semble tellement agite, n'avez-vous point peur 
qu'il ne bascule ?" 
Lui : "cela fait partie du mecanisme, ainsi vous remarquerez qu'il 
penche de quelques degres, c'est le resultat d'un voyage de notre 
altesse en des contrees ou le temps est different, les pensees qu'elle 
en ramena furent si fortes qu'elles provoquerent ce desequilibre dans notre perception du temps". 
Moi : "Oui mais, supposons qu'il se mette a l'horizontale ?" 
Lui : "Le temps s'arretrait pour une periode qui devient par la meme in-mesurable, certains magiciens ont tente de telles experiences". 
Moi : "Et s'il se retournait completement". 
Lui : "Vous faites allusion a la machine de Wells, I presume, mecanisme beaucoup trop instable, j'y ai remedie, mais excusez moi, il est temps de prendre le the au salon et je suis en retard". 
Moi : "Vous permettez que je continue a observer votre engin". 
Lui, partant precipatament : "Je vous en prie prenez votre temps". 

Le chambellan hors du temps et hypnotise.
 
Retour au Début


 
La Fontaine. 
 
Je fus doucement reveille par un chaud rayon de soleil, j'ouvris les 
yeux et me retrouvai dans les jardins aux pieds des remparts. J'etais en tenue d'apparat et ereinte comme si j'avais fait la noce dans un bal pendant toute une nuit. Le bruissement d'un fontaine proche aupres de laquelle s'egaillaient quelques pigeons me rappela que j'avais la gorge seche. 

Je partis donc a la recherche d'une boisson revigorante et se faisant 
j'atterris dans la salle d'armes, ou de fiers chevaliers devisaient autour d'une table garnie de choppes moussues. 
"Holla nobles chevaliers, m'acceptez-vous a votre table pour  trinquer". 
"Certes Messire Chambellan, mais ici vous ne trouverez que biere et faro". 
"Fort bien, je vous remercie, cela me remettra les idees en place et 
l'estomac d'aplomb". 
Une pinte me fut servie que je gouttai aussitot, "ah dieu que c'est bon, mais qu'elle est donc cette biere fraiche et onctueuse ?". 
Le tafelier, interpele par ma question me raconta ainsi l'histoire de la houblonnerie du chateau. 

"Le houblon a toujours pousse dans nos plaines, il etait recolte par les paysans qui en tiraient du fourage pour leurs betes et faisaient 
vannerie avec les tiges. Les fleurs n'etaient utilisees que par l'homme medecine qui en tirait des tisanes pour divers maux. Une de ses tisanes particulierement parfumee fut remarquee par notre Princesse qui decida d'en faire sa boisson favorite. 
Lors d'une fete organisee en l'honneur d'un anniversaire de notre 
souveraine ou tout le village etait convie, le comite des sages eut 
l'idee d'offrir en remerciement une barque pleine de fleurs de houblon. 

Malheureusement arrivee pres du quai ou les douves cotoient la riviere, un mechant tourbillon engloutit la barque avec son chargement et ses occupants. 
Apres la deception et le chagrin causes par cette perte, la vie reprit 
son cours et l'on oublia l'incident. 
Apres plusieurs mois, la grande fontaine se mit a mousser et a degager une odeur forte et amere. Appele pour examiner ce phenomene, notre mage goutta le breuvage et apres une nuit d'etude et d'experimentation declara le lendemain : "hips, ... ce que j'y bu hier, etait un nectar et hips ...." et c'est ainsi que le chroniqueur un peu sourdingue nota que cet excellent breuvage serait appele "biere". 

Depuis lors, chaque annee les fleurs de houblon sont versees dans le tourbillon de la riviere et la grande fontaine nous fournit a profusion notre boisson quotidienne, tout cela se passe dans les profondeurs du chateau ou les deux malheureux villageois engloutis ont appris la brasse." 
Les deux soleils roses descendaient derriere les remparts et mes 
interlocuteurs se leverent et me dirent "Veuillez nous excuser Messire, mais  il est temps pour nous d'abreuver nos montures". Et il partirent titubant avec un seau de biere vers les ecuries. 
Quelques temps apres des hennissements joyeux m'indiquerent qu'ils avaient rempli, ... leurs devoirs et les abreuvoirs. 
  

Le magellan qui compte les pachidermes roses a cheval sur les creneaux.
 
 
 
Retour au Début