Alcofribas Nasier

   Abstracteur de Quintessence

Parmi Vous Je suis.   
Réponse au Fou.  
Réponse à L'inquisiteur. 
Périgrinations. 
 

 

Retour aux Chroniques


Parmi Vous Je suis 

 

A vous tous qui par ici passez

Sachez

Qu'errant de par la vaste plaine

Pleine

Je vis un soir a l'horizon

Suzon

Qui s'en allait chantant

L'Autan

Trottinant vers un castel

Pastel

 - "Ou t'en cours-tu, toi belle

   "Gazelle?"

- "Je m'en vais au chateau

Tout beau"

 "Retrouver la Princesse."

- "L'Altesse?"

 - "Si fait, de mon pas guilleret."

- "J'irai"

 "De meme, si je le puis?..."

- "Oh oui!"

Et c'est ainsi qu'aujourd'hui

Parmi vous, amis, je suis:

 

 Alcofribas Nasier,
 Abstracteur de quintessence.

Réponse au Fou. 
 

Cher Ami, d'un tel chant suis fort aise,

Enchante d'une rimaille qui m'aille!

Mais j'aimerais savoir, ne vous deplaise,

A la suite de qui il faut que je deraille.

Car Fou, etes-vous donc vraiment?

Fou d'echiquier, a l'allure oblique?

Fou a marotte, au rire desarmant?

Fou litteraire? La, je tique:

Nerval avant vous fut geai rare.

J'ai pour lui les plus grands egards.

Mais au fait, qu'importe?

Le castel m'ouvre ses portes.

Allons donc, ami rieur,

D'un concert rimailleur,

Porter a tous joies et chansons,

Reclamant bien haut l'echanson!

Car je t'ai devine, gentil sire...

J'en suis certain: tu es Fou rire.

 

Alcofribas Nasier,
 Abstracteur de quintessence.

 

Retour au Début



 

Réponse à l'Inquisiteur. 
 
Monsieur Alcofribas me prend en delit d'ignorance... Est-il de la famille rabelaisienne ou voltairienne? 

L'Inquisiteur 
qui vous souhaite bonne litiere en la chattiere
Point ne me serais permis de taxer qui que ce soit d'ignorance en ce beau castel qui m'accueille ! 
Seulement voulus-je rendre hommage a cet homme que je venere en prolongeant le souvenir du nom qu'il prit pour publier son Quart Livre des aventures de Gargantua et Pantagruel: Messire Francois Rabelais, dont le pseudonyme est l'anagramme exact. 

Et puisqu'il vous sied de m'offrir bonne litiere en votre castel souffrez que 
 

"Je me raminagrobiche, 
"Comme le chattemiche...

Alcofribas Nasier,
Abstracteur de quintessence.


 
 
 

 

Retour au Début


Périgrinations
 
Noble Altesse,  Gente Princesse, 

Un mien ami que je rencontrai recemment au cours de mes peregrinations dans le sud d'une Principaute voisine de la votre, se mit en tete de m'apprendre la langue des oiseaux. 
C'est oeuvre meritoire de sa part que de vouloir susbstituer au vigoureux argot qu'il m'arrive de pratiquer une langue aussi charmante, un peu comme si l'on voulait servir un delicat veloute a un amateur de solide minestrone. Et pourtant... 

Il a fini par me convaincre que cette langue legere et subtile 
s'apparentait a cet argot qui tant me plait, et si cela vous chaut, Noble et Gente Dame, je tenterai de vous egayer prochainement en vous parlant de ce sujet. 

Mais je digresse, je digresse... 
En fait, a titre d'exercice, il me montra dernierement un pigeon qui  passait dans le ciel de l'abbaye qui nous avait accueilli pour quelques  temps et me dit: "Vois-tu ami, ce pigeon s'appelle E-mil, et il vient du chateau que tu frequentes. Ecoute bien sa voix et, a titre d'exercice, dis-moi ce qu'i te conte". 
J'ecoutai et - miracle! - je compris. 
La bestiole me disait que vous vous sentiez seulette en ce castel delaisse de ses occupants, fors votre delicieuse Nounou, qui - avec sa coutumiere generosite - partageait les derniers pas d'une sienne amie.

Je ne saurais encore reintegrer l'espace que vous avez bien voulu me conceder dans vos remparts, car le temps me presse d'apprendre et tant de choses encore me manquent dans ma quete... 
Cependant, si vous le permettez, je suivrai le conseil de ce compaing, 
qu'il me donna apres m'avoir congratule pour avoir compris le langage d'Emil: "Si tu ne sais rejoindre ceux qui t'attendent, au moins, conte-leur tes voyages". 

Alors, Noble Princesse, et sans vouloir empieter sur les chasses de votre Tsibalier attitre, j'aimerais vous conter ce que je vis, et ce que je verrai. Si vous me le permettez... 
Car il vous faut bien savoir que ces recherches que je mene me conduisent souvent chez ces gens dont, a defaut de pouvoir manger du curry, que Marco Polo n'a pas encore ramene du Cathay, vous bouffez une solide ration a chaque repas: les cures... 

En esperant votre bon vouloir, je reste, Noble Princesse,  meme de loin, toujours votre 
  

Alcofribas Nasier,
Abstracteur de quintessence.

 

Retour au Début