Page originale: BDParadisio.com - © 1996, B. On The Net

Les femmes dans la BD ...

 
 ____  CES FEMMES QUI FONT DES BULLES 

Les femmes n'ont jamais été légion en BD et il faut vraiment les traquer pour en trouver quelque trace! 

N.B.: cet historique des femmes dans la BD ne se veut nullement exhuaustif! 

Aux États-Unis, c'est dès le début années 1900 que l'on trouva des dessinatrices de BD: Kate Carew, Rose O'Neill qui, à 15 ans, en 1889, vendit ses premiers dessins à plusieurs journaux et fit réellement de la BD dans les années 30: The Kewpies. Grace Drayton apparut également dans les années 1900 avec The Pussycat Princess reprise à sa mort en 1936 par Ruth Caroll. A partir de 1910 on trouve Fay King, Ethel Plummer, Barksdale Rogers ou Fanny Cory, qui elle aussi commença par des dessins pour se reconvertir dans la BD en 34. La majorité de ses dessinatrices se cantonnaient encore souvent dans des histoires pour enfants. 

Dans les années 20 vinrent les premières auteures de comics strips: Edwinna Dumm, Gladys Parker...  
Martha Orr dessina en 1934 Apple Mary pour le Chigago Tribune. Ce personnage lui fut inspiré par le film de Frank Cappra Lady for a Day. Ce personnage connut un grand succès populaire et fut repris en 1939 par Allen Saunders et Dale Connor Ulrey (également une femme) sous le titre de Mary Wotrh's Familly. 

Dans les années 40, ce furent de nombreuses femmes qui prirent la relève: Virginia Clark, Hilda Terry, Marty Links, Mabel Odin Burvik, Tarpe Mills...  
Dale Messick créa en 1940 une héroïne dont les aventures étaient à caractère policier, Brenda Starr, en 1940 dans le Chicago Tribune. 

En Angleterre, un des tout premiers auteurs de BD est une femme: Marie Duval. Mary Tourtel la suivit dans les années 20 avec le personnage d'un petit ours. Enfin Pat Tourret créa Tiffany Jones. 

En France, des magazines pour petites filles furent illustrés par Colette Pattinger, Manon Iessel, ou Janine Lay... Mais il fallu attendre Claire Brétecher pour voir arriver la première grande dame de la BD française. En 1963-64 elle dessina Facteur Rhésus, pour Goscinny. Dès 1968, elle travailla seule pour Baratine et Molgaga, dans Record. Vinrent ensuite Les gangans, Robin des Foies, Les naufragés sur scénario de Cauvin, pour Spirou, Tintin et Pep. C'est en 1969 que parut la célèbre Cellulite dans Pilote. En 1971 sortirent Salades de Saison et Les Frustrés. En 72, elle participa à la fondation de l'Écho des Savanes avec Gotlib et Mandryka. En 1973 paraît Le BolotOccidental, parodie écologique, en 1979, La Vie passionnée de Sainte Thérèse d'Avilla, en 1980 Les mères, en 1982 Le destin de Monique et en 1984 Docteur Ventouse, bobologue. Peu d'auteurs ont été aussi prolifiques qu'elle!  

Florence Cestac fit des apparitions assez rares. Son personnage, Harry Mickson, parut d'abord dans l'Écho des Savanes (1976), puis dans Ah! Nana, Métal Hurlant, (A Suivre...), et Charlie Mensuel. 

Nicole Claveloux fut d'abord illustratrice de livres pour enfants. Ses premières BD furent publiées dans Okapi. En 1976, elle participa à la création de Ah! Nana et y produisit sa première BD adulte. Elle passa ensuite à Métal Hurlant. Avec La main verte et Morte saison sur scénario d'Elisabeth Salomon - Zha), publié dans Charlie Mensuel, elle exprime un univers onirique qui bascule tout à coup dans le cauchemar.  

Annie Goetzinger publia ses premières histoires dans Lisette en 1972, puis en 1974 dans Pilote avec divers scénaristes. Casque d'or parut dans Circus en 75, et elle illustra également la vie de George Sand. En 1979 naquit Félina sur des scénarii de Mora dans Circus, puis dans Pilote. Elle collabora ensuite avec Mézière pour la série des Portraits souvenirs et pour La voyageuse de la Petite Ceinture (1984). 

Laurence Harlé fut la scénariste de Jonathan Cartland, dessiné par Michel Blanc-Dumont, en 1974, pour Lucky Luke mensuel. Elle fit d'autres scénarii notamment basés sur l'histoire Américaine et apprécie également le fantastique.  

Chantal Montellier fit ses premiers essais en 74 dans Charlie Mensuel. En 1976, elle participe à Ah! Nana où elle crée Andy Gang inspecteur de police dont les bavures sont inspirées de faits réels. Dans les années 80, c'est dans Métal Hurlant qu'elle exprima sa hantise du viol avec Odile et les Crocodiles  

En Belgique, il fallut attendre la naissance de Spirou, en 1938 qui pour trouver une héroïne, Zizette, dessinée par Davine, l'épouse de Rob Vel, directeur de la publication. Cette BD conte les mésaventures d'une enfant volée à ses parents. Mais c'était la presse catholique qui utilisait le plus de dessinatrices: Annette à lui seul employa Liliane Fabris, Suzanne André, Annette Delataille... 

Dans les années 50, les femmes disparurent progressivement de la BD, qui perdit soncaractère artisanal. Elles devinrent désormais des anonymes pratiquant en général l'encrage ou la mise en couleur des planches de leurs compagnons. Néanmoins, Liliane Funcken travailla encore pour Fred dans Les Chevaliers blancs et Line fut créée dans le magazine du même nom par Françoise Bertier sur un texte de Nicolas Goujon et ne fut reprise seulement qu'en 1962 par de Greg et Cuvelier. 

Françoise Hughes fit partie des rares femmes travaillant en BD pendant cette période. Elle apprit la BD sur le tas: un de ses voisins, Raymond Reding demanda son aide pour terminer, en 1954, un récit complet sur l'Abbé Pierre. De leur rencontre naîtra la série Eric Castel. Elle y dessina principalement les paysages et les décors, scrupuleusement documentés, et certains personnages de jeunes filles et d'enfants. 

Mais il fallut attendre la fin des années 70, voire le début des années 80 pour assister àl'émergence d'une nouvelle génération de dessinatrices BD. 

Anne Baltus après des études à Saint-Luc, publia de courts récits dans (A Suivre...)avant de cossigner deux albums avec Peeter et Schuiten: Dolorès en 1991 et Calypso en 1995. 

Cécile Bertrand se consacre principalement, depuis la fin des années 80, au dessin de presse. 

Gabrielle Borile fit des études de journalisme et a travaillé pour différents éditeurs avant de traduire Hugo Pratt, Mattotti, etc. Depuis 1986, elle réalise les scénarii de Victor Sackville qui compte 10 tires à ce jour, sans compter diverses collaborations notamment pour (A Suivre!). 

 Dominique David, après des études à Saint-Luc, participa à la publication Rêves Acides en 1983. Après des tentatives infructueuses auprès de différentes publications françaises, elle rencontra en 1984 Philippe Vandooren, rédacteur en chef de Spirou qui lui proposa de créer une bande dessinée destinée aux adolescents. C'est ainsi que naquit Jimmy Boy qui compte 5 albums. Devenue récemment maman, elle projette une nouvelle série dont l'héroïne s'appelera Mado, comme sa fille. 

Carine De Brabanter, également sortie de Saint-Luc, fit diverses collaborations, dont une avec Franquin, avant de se consacrer à Margot et Oscar Pluche, une série pour les petits prébubliée dans Dauphin et qui compte 4 albums. 

Mariane Duvivier a vécu une enfance exotique qui l'influença beaucoup. De retour en Belgique, elle suit les cours de différentes académies et à Saint-Luc, mais se dit plus à l'aise en autodidacte. En 1983, elle rencontra Jan Bucquoy et ils collaborèrent à trois albums de la série Stone, une histoire d'espionnage où les influences de la ligne claire sont très importantes. En 1989, avec Jacques de Pierpont, elle dessina Lagune avant d'entamer, à partir de 1992 Mauvaise graine, qui fut prépublié dans (A suivre...) et dont elle prépare un second volume.  

Jean-Claire Lacroix fit des études d'architecte d'intérieur à Saint-Luc, avant de bifurquer vers la BD. Elle publia des albums de BD de 1978 à 1989, dont Love, Love... c'est vite dit, pour Infor Jeunes et de courts récits dans (A Suivre...). En parallèle, elle fit de l'illustration pour différents journaux et continue aujourd'hui dans cette voie. 

Viviane Nicaise a eu un parcours sans doute moins conventionnel: assistante sociale, professeur de claquettes, elle se mit au dessin par hasard voici 7 ans. Un jour présentée à Jean Dufaux, elle créa avec lui Sang de Lune dont le cinquième album paraîtra cette année. 

Jeanine et Renée Rahir ont collaboré à Tintin, de 1985 à 1988. Elles travaillèrent d'abord séparément avant de se rejoindre pour la création de Barry Lan dont Jeanine fait le dessin et Renée le scénario. Elles préparent le 4ème album de cette série. 

Marie-José Sacré étudia aux Beaux-Arts de Liège avant de travailler comme étalagiste. Elle se consacre principalement à l'illustration de livres pour enfants qui sont traduits et diffusés dans de nombreux pays. 

Séraphine a suivi les cours de Saint-Luc et a participé à l'élaboration du 9ème Rêve où elle publia deux récits. En 1980, elle travailla avec Moebius et Laloux au dessin animé Les Maîtres du Temps. Après avoir été pendant deux ans à la tête d'un studio de dessinateurs pour la publicité, elle entama, en 1984, la série Hybride qui compte 4 albums. Actuellement, elle collabore au journal Macadam, comme vous le savez, et prépare un nouvel album.  

Magda Seron a fait des études artistiques avant de collaborer avec Aidans pendant trois années. Elle rencontra ainsi Chris Lamquet avec qui elle créa Gille Roux et Marie Meuse dont les enquêtes furent publiées dans Tintin entre 1982 et 1988. A la fin des années 80, elle collabora avec Denis Lapière pour la série Charly, à connotation fantastique, qui compte aujourd'hui 4 albums qui furent prépubliés dans Spirou. 

Espérons que la nouvelle génération pourra suivre les traces de ces créatrices talentueuses!  
Si vous en connaissez d'autres, faites-le nous savoir 

Dossier rédigé par Annie Pilloy 


© 1996, B. On The Net
(http://www.BDParadisio.com)

 

RETOUR